AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR GOOD RESOLUTION,
Venez faire un tour dans le Sujet commun ICI


Partagez | 
 

 In school we study, but in the toilet... well.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


๑ CREDITS : Babie
๑ AVATAR : JAI STRAYA-GOD BROOKS
๑ MESSAGE : 42
๑ INSCRIPTION : 21/09/2012

๑bonne résolution๑
๑ réussite de résolution:
0/100  (0/100)
๑ mes contacts iphone:
๑ mes résolutions pour cette année:
MessageSujet: In school we study, but in the toilet... well.   Sam 22 Sep - 13:35



« Dearly beloved, If this love only exists in my dreams, Don't wake me up »

Le réveil de Louison sonna, son iPhone s'allumait et commençait à jouer les premières notes de la chanson de Chris Brown ''Don't wake me up''. Il aimait beaucoup cette chanson et trouvait qu'elle donnait la pêche et surtout que ça allait très bien avec le contexte. Il devait se lever pour aller en cours toute la journée et il ne voulait pas du tout se lever. Surtout qu'il était bien que lorsqu'il dormait. Au moins il n'avait pas à supporter toutes les personnes qu'il n'aimait pas. Et surtout dans ses rêves il y avait toujours les personnes qu'il aimait et qui, pourtant, était parti beaucoup trop tôt. Définitivement, ou non, dans tous les cas se lever le matin relevait de l'exploit. Mais depuis qu'il avait essayé de mettre fin à ses jours il s'était donné un an pour changer de vie. Cela faisait maintenant dix mois et il avait plutôt bien avancé. Il ne vivait plus dans sa petite ville et il avait suivi sa grande soeur à Montréal pour qu'elle puisse vivre sa vie d'adulte. Elle avait été très gentille d'accepter de prendre Lou avec elle, après tout elle aurait pu simplement lui dire :

« Non, Lou j'aurais adoré, mais tu n'es qu'un poids mort, un boulet au pied d'un prisonnier. Tu ne sers à rien et tu ferais mieux de finir ta vie dans une ville en Alaska. Et j'entends par ville un endroit où il n'y a personne. Alaska ou le désert du Sahara, peux importe. A toi de voir si tu préfères le froid ou la chaleur. Tu m'enverras une carte postale, bisous. »

Tous les matins, il se faisait des films dans sa tête, malgré son sourire se cachait une blessure profonde. Le garçon n'arrivait jamais à se valoriser, à se sentir important auprès des gens. Son frère était toujours celui qui était dans la lumière des projecteurs. Alors, Louison avait appris à être discret, à se laisser marcher sur les pieds sans rien dire. Mais maintenant qu'il était à Montréal il pouvait devenir quelqu'un d'autre, un nouveau Louison.
Aujourd'hui il avait tout un tas de cours plus ennuyeux les uns que les autres. Pourtant, il devait y aller. Il se leva donc, obligé d'éteindre son iPhone pour arrêter la musique et il parti se préparer. Il enfila quelques habits qui traînaient sur son bureau, enfin qu'il avait préparé la veille avant d'aller se coucher. Parce que même s'il fait comme s'il se moquait de ce que pense les autres, il n'aimait pas laisser quelque chose au hasard. C'était d'ailleurs ce genre de choses que les gens remarquaient le plus. Et après avoir passé la moitié de sa vie avec des filles, le garçon commençait à savoir ce qu'elle recherche chez un mec.
Une fois préparé il attrapa une brique de jus de fruit et un gâteau, puis il parti en direction de son lycée. De nombreux lycéens attendaient devant le lycée que la sonnerie retentissent. Mais ils n'allaient pas rentrer tout de suite, non ils allaient attendre encore cinq minutes histoire d'arriver tout sauf en avance en cours. Louison ne faisait pas parti de ce genre de personnes, certes il attendait avec impatience le moment où il pourrait arrêter de venir dans ce pénitencier, mais en attendait il suivait les cours plus ou moins assidûment. Et lorsqu'il était au lycée il n'y était pas pour rien. Il n'aimait pas arriver en retard.
Alors, évidemment il arriva légèrement en avance, peut-être cinq minutes avant la sonnerie, devant sa salle de cours. Il s'appuya contre le mur, juste à côté de la porte et attendit patiemment que sa professeur arrive.
Pour patienter il avait ses écouteurs enfoncé dans ses oreilles. C'était un de ses tics, il avait toujours de la musique dans les oreilles, constamment. Il avait besoin de la musique pour continuer à avancer. Lou observait le sol, tout en tapotant son téléphone au rythme de la musique.


J. Louison Balckburn Ft. Lou Boileau
BabiexS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Les adolescents américains sont atteints d’un important cas de fièvre Twilight ❞

๑ CREDITS : (avatar) @ riddle + (signature) @ tumblr
๑ HUMEUR : Joyeuse
๑ AVATAR : Elle Fanning
๑ MESSAGE : 420
๑ INSCRIPTION : 31/08/2011

๑bonne résolution๑
๑ réussite de résolution:
2/100  (2/100)
๑ mes contacts iphone:
๑ mes résolutions pour cette année:
MessageSujet: Re: In school we study, but in the toilet... well.   Dim 23 Sep - 11:54

Citation :

« Quand les temps sont durs, il s’agit d’être aussi dur qu’eux. »

La journée avait commencé exceptionnellement bien. Lou était du genre à écouter les chanson qui avaient énormément marché six mois après que celle-ci avait fonctionné. C'était Lou, elle n'aimait pas tout ce qui était à la mode, elle préférait les choses hors du commun et les choses hors du temps. Mais comme toutes les adolescentes de son âge, il lui arrivait, malheureusement, d'aimer les choses qui étaient à la mode, et le petit truc du moment c'était une stupide chanson que sa mère avait écouté les six dernier mois au moins deux fois par jour, au début elle trouvait cette chanson véritablement lourde et impossible à écouter mais maintenant c'était juste devenu une chanson qui la faisait se réveiller avec un grand sourire et elles se retrouvaient toutes les deux dans le salon à danser. Et aujourd'hui c'était le même rituel que d'habitude. Il était sept heures, et à sept heures dans l'immeuble du Bison Volant tout le monde était déjà réveillé, alors ce n'est la musique qui donnait dans l'appartement des Boileau qui allait déranger qui que ce soit. Sept heure, le réveille sonna et les basses de la musique se firent entendre. Lou ouvra un œil et se précipita dans le salon en marchant sur le rythme de la chanson, elle entendit un grand BOUM, c'était certainement sa mère qui venait de tomber du lit avant de se rendre compte de la musique qui passait à la radio, toutes les deux arrivèrent pile poil au salon pour chanter en cœur le refrain et commencer à danser dans celui-ci « I throw my hands up in the air sometimes. Saying AYO! Gotta let go! I wanna celebrate and live my life. Saying AYO! Baby, let's go! 'Cause we gon' rock this club we gon' go all night. We gon' light it up like it's dynamite! 'Cause I told you once now I told you twice. We gon' light it up like it's dynamite! » et les deux demoiselles continuèrent d'écouter la chanson en préparant leur petit déjeuner et en le mangeant, la chanson passait encore quelque fois en boucle pour pouvoir se laver en rythme et surtout s'habiller en rythme. Et ce rituel était présent dans la vie de la mère et de sa fille depuis au moins six mois. « faudrait peut-être que l'on pense à changer de musique un de ces jours. » la maman de Lou la regarda pour ensuite lever les épaules et continuer à danser. Il était sept heures presque trente, Lou se saisit de son sac embrassa sa mère et descendit les escaliers.

Elle descendit les escaliers en écoutant la musique de sa mère qui disparaissait. Elle était plutôt alaise avec la vie qu'elle menait avec sa mère, c'est vrai, sa mère était sa meilleure amie, mais aussi sa sœur et celle qui la connaissait le plus. Sa mère était amoureuse de Richard le voisin d'à côté qui entre nous l'aime encore plus que tout mais évidement les deux tourtereaux n'étaient pas capable de se dire n'importe quoi, c'était un peu comme avec Tristan, elle était certaine qu'il l'aimait bien, enfin certaine c'est un peu poussé, mais c'est vrai, il la cherchait tout le temps et passait leur temps quand ils s'ennuyaient à s'envoyer des petits messages, ce n'était pas un signe ?- Elle était à la moitié du chemin de l'école - elle avait son téléphone en main et regardait toutes les photos qu'elle avait, la majorité était celle de Tristan, celle avec Tristan, Tristan avec sa guitare, Tristan qui est avec d'autre personne, Tristan avec ses amis, Tristan et les filles, bref c'était du tout Tristan. Puis il y avait Mina et Lou entrain de regarder Tristan, et Mina entrain hurler sur Lou parce qu'elle n'a pas été parler à Tristan, ça c'est sa mère qui avait pris la photo. Puis elle continua encore et encore, et elle tomba sur la photo de classe, elle l'avait dans son iphone c'est vrai. Mais elle s'était enregistrée une fois qu'elle avait été passé sur facebook, enfin sur le facebook de Mina parce que Lou elle n'en avait pas, elle préférait regarder le statut des relations amoureuse de Tristan resté sur "Célibataire" du Facebook de Mina. - Elle était dans les couloirs de l'école - Puis elle réfléchit, elle réfléchit au fait qu'elle se donnait corps et âme pour Tristan qui ne faisait rien, c'était peut-être du gâchis, c'est vrai. Les soirée qu'elle avait passé sur le toit de l'école pour pouvoir apercevoir Tristan, enfin espionner Tristan, quand il passait devant sa fenêtre. Les journées ou elle avait forcé Mina à bouger pour voir Tristan, tout le monde en pâtissait. C'était un petite sorte d'horreur. Elle souffla un énorme coup avant de grogner de taper son pied par terre et de secouer la tête. Puis elle pensa à se que sa mère avait dit, que peut-être elle devait tout simplement attendre, attendre que Tristan se rende compte de cela, et en attendant qu'elle devait aussi avoir d'autre expérience. - Elle arriva devant sa classe avant de croiser " celui qui à le même prénom " ce qui était étrange. Elle s'avança devant lui avant de poser ces deux mains sur ses épaules. « qui sait, c'est peut-être toi l'expérience Lou ! » puis elle lui fit la bise sur la joue. Cette journée risquait d'être longue.

- - - - - - - - - - - - - -

« Hey dance, nothing left for me to do but
dance off these bad times I'm going through
just dance Hey got canned heat in my heels
tonight baby. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


๑ CREDITS : Babie
๑ AVATAR : JAI STRAYA-GOD BROOKS
๑ MESSAGE : 42
๑ INSCRIPTION : 21/09/2012

๑bonne résolution๑
๑ réussite de résolution:
0/100  (0/100)
๑ mes contacts iphone:
๑ mes résolutions pour cette année:
MessageSujet: Re: In school we study, but in the toilet... well.   Dim 23 Sep - 15:08




Lorsque Louison avait ses écouteurs enfoncés au fond de ses oreilles, le garçon était ailleurs. Il ne se trouvait plus sur terre, il n'était plus dans ce couloir pas assez éclairé avec des centaines de lycéens qui jouent des coudes pour arriver en cours. Non il était ailleurs, il ne pouvait pas expliquer où il était exactement, mais il y était. Dans son monde sûrement et cela lui convenait. Il était ravie d'avoir trouvé cette échappatoire à sa vie. C'était d'ailleurs grâce à la musique qu'il comptait survivre le vingt-deux décembre deux mille douze. Il comptait passer la journée les écouteurs dans les oreilles, dans son lit et il allait gentiment attendre que le monde prenne fin. Même s'il n'y croyait pas vraiment, après tout, la fin du monde n'était qu'une histoire inventée par une poignée de personne pour récupérer l'argent de pauvre gens naïf, mais c'était marrant à voir.
Louison était donc dans ce couloir, la tête baissée, les yeux fermés, à attendre que la sonnerie retentisse. Il allait passer une nouvelle journée tout à fait banale où rien ne se passe. Il allait passer près de huit heures au fond de la classe à dessiner au lieu de prendre sa vie en main. Même si une des conditions pour qu'il vienne vivre à Montréal était qu'il devait avoir un bon niveau scolaire, Lou ne se faisait pas trop de soucis. Ces parents n'étaient pas cruel au point de le faire revenir en express dans sa ville natale.
Et, alors qu'il était perdu dans ces pensées, une jeune fille posa ses mains sur ses épaules et lui dit quelque chose. Pourtant, Louison avait très bien entendue ce que la jeune fille venait de lui dire. A partir du moment où avait senti la présence de la jeune fille face à lui il avait instinctivement relevé la tête et avait essayé de déchiffrer ce qu'elle venait de lui dire. « qui sait, c'est peut-être toi l'expérience Lou ! » Bon même s'il pensait avoir compris ce qu'elle venait de dire, il ne comprenait pas où elle voulait en venir. Alors, même si cela l'embêtait un peu, il du baisser le son de son téléphone. C'était un de ses défauts, le garçon était incapable de mettre la musique doucement, de toute manière on ne peut pas apprécier de la musique si le volume est inférieur à quatre-vingts pourcent. Elle devait s'appeler Lou, il avait cours avec elle, mais même s'ils étaient dans la même classe et, il faut le dire, elle était plutôt mignonne, Louison n'avait pas pris la peine de mémoriser les prénoms de ses camarades de classes. Pourtant, il aurait du, maintenant il se sentait bête de ne pas savoir comment elle s'appelait ou du moins de n'être pas sûr de son véritable prénom. Donc, après avoir baissé le volume de sa musique, le garçon sourit à la jeune fille et tenta d'en savoir plus sur ce qu'elle voulait dire par ''C'est peut-être toi l'expérience.'' Il posa donc à son tour ses mains sur les épaules de la blonde et lui demanda :

« L'expérience ? Qu'entends-tu par là ? Il y a tellement de choses à expérimenter dans la vie que... »

Il ne termina pas sa phrase, la musique venait de changer. « Everywhere i go. Everything. i do. Reminds me of you. Just a picture of the wall. I'm surrounded by it all gotta walk before i fall. » ''When she was mine'' de Lawson. Evidemment, comme par hasard, la musique ne lui était pas indifférente. Elle lui rappellait une vielle amie à lui, non pas une simple amie, c'était elle, la première personne à qui il pensait avant de se coucher, la dernière à qui il pensait avant de se coucher. Si on lui avait demandé combien de fois il pensait à elle il aurait répondu ''une seule fois.'' puisqu'au final il pensait à elle tout le temps. Elle venait même le hanter dans son sommeil. Et maintenant qu'elle était loin c'était pire. Il enfonça sa main dans son jean afin de changer de musique, avant que son visage ne change trop d'expression et surtout que la jeune fille en face de lui, lui demande ce qu'il avait. C'était certainement la dernière chose dont il voulait parler avec quelqu'un. Une fois la musique changée il reposa sa main sur l'épaule de Lou et lui dit :

« Alors, cette expérience, dis-moi en plus. »


J. Louison Balckburn Ft. Lou Boileau
BabiexS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Les adolescents américains sont atteints d’un important cas de fièvre Twilight ❞

๑ CREDITS : (avatar) @ riddle + (signature) @ tumblr
๑ HUMEUR : Joyeuse
๑ AVATAR : Elle Fanning
๑ MESSAGE : 420
๑ INSCRIPTION : 31/08/2011

๑bonne résolution๑
๑ réussite de résolution:
2/100  (2/100)
๑ mes contacts iphone:
๑ mes résolutions pour cette année:
MessageSujet: Re: In school we study, but in the toilet... well.   Dim 23 Sep - 17:06

Citation :

« Quand vous êtes petit, c’est Los Angeles qui vous apprend à rêver. Osez me dire que vous n’avez pas davantage appris en regardant des films qu’en allant à l’école. En regardant la télé qu’en écoutant vos parents. Et qu’est-ce qu’on apprend ? On apprend à croire aux contes de fées. »

Elle regarda le jeune homme qui était devant lui et qui avait l'air complètement perdu, dans un autre monde, out of space comme elle pouvait dire de temps en temps. Et elle se souvient d'un coup que c'est ce qu'elle avait remarqué le plus chez lui. Il était toujours présent, là, physiquement, mais mentalement c'était une autre affaire, avec ce type on avait toujours l'impression que son esprit était toujours partit plus loin que son corps. Ce qui était dommage parce que même si son cœur , et son corps mais cela c'est une autre histoire, appartenait à Tristan, elle n'en restait pas moins une adolescente de seize ans qui vivait grâce aux hormones et en plus de cela c'était une fille, et tout ce qui portait un bonnet et qui faisait plus de dix centimètre en plus que elle était trop sexy. Et c'est ce qui s'était passé avec Lou, enfin Louison ( cette histoire de Lou était super compliqué pour elle aussi faut pas croire ), quand elle l'avait vu la première fois c'était à l'école et il avait un bonnet, puis par le plus grand des hasard fallait qu'il habite seulement un étage au dessus de chez elle. Et ça faut dire que c'était vraiment un magnifique hasard. Quoi que, des fois faut qu'elle se l’avoue aussi, elle avait l'impression de tromper son Tristan, le même Tristan qui ramenait des filles chez lui, autres que Lou...Qui sortait avec des filles, autres que Lou... Et qui donnait des cours de bouche à bouche à des filles autres qu'à Lou... Bref, qu'il aille se faire cuire deux œufs ce Tristan, c'est vrai, plus elle essayait d'y penser de ce remettre en tête qu'ils étaient fait l'un pour l'autre, plus elle se rendait compte que plus rien n'avançait et que au contraire tout en faisait que les séparer, la faute à qui ? A elle parce qu'elle n'ose pas lui dire ce qu'elle ressent peut-être mais la faute à lui aussi qui fait tout ce qu'il faut pour la rendre jalouse, en colère et super distante avec lui. Elle regarda le jeune homme poser ces mains sur elle et l'écouta parler. Ce qui était dingue avec ce type c'est qu'il avait la capacité émotionelle qu'une petite cuillère. C'est vrais, cela faisait quelques temps qu'il était la maintenant et personne ne savait vraiment qui il était, ce qu'il faisait avant et pourquoi il était venu ici. Même les mecs et les filles, certaines, qu'il fréquentait ne savaient pas si il sortait avec quelqu'un si il fréquentait quelqu'un rien. Puis de toute façon toutes les filles lui courraient encore après, encore un, Lou n'avait donc encore aucune chance, mais tien, il avait tous les point commun qu'un certain garçon après qui elle courait depuis des années, Tristan...
« qui à parlé d'expérience ? je réfléchissais à voix haute. »

De un gros mensonges, elle savait très bien ce qu'elle disait et à qui elle disait. Elle aurait bien vu un petit quelque chose avec ce Lou, mais il fallait encore passer au dessus de toutes ces filles qui lui courraient après qui limite se déshabillait devant lui pour qu'il leur parle. Ce qui était pitoyable. Mais deuxième chose, il s'appelait aussi Lou, enfin Louison. Mais c'était assez perturbant. Elle avait toujours été la seule fille dans toutes ces classes et dans toute sa vie à appeler Lou. Cela venait de son arrière grand mère qui s'appelait Louise, et sa mère avait décidé de remettre ce prénom à jour, mais lui c'était certainement pareil. Faut dire qu'on appelle pas son enfant Louison pour rien. C'est assez... peu courant. Puis vu le son qui arrivait à ses oreilles, il y allait avoir une troisième raison qui allait faire qu'il n'était pas possible d'envisager la moindre chose avec cet énergumène sans émotion, la chanson qui passait. Il avait essayé de ne pas changer de tête mais c'est plus fort que tout. Lorsque l'on écoute une chanson qui nous rappelle quelqu'un notre corps se crispe, nos pupilles s’écarquillent, le rythme de nos cœur s’accélère et tous les poils de notre corps se dresse sur notre peau. Ce type était amoureux de quelqu'un. Puis elle se figea, elle devait certainement en savoir plus que la majorité des gens de l'école. Puis elle roula des yeux et se dit qu'elle devait lui dire avant que celui ci ne parte encore loin dans ces pensées et qu'il ne déconnecte avec la réalité. « l'expérience veut que je me permettre de m'ouvrir à d'autre avant de me fermer pour une seule personne. » puis elle regarda le garçon de haut en bas avant de lui retirer les écouteurs des oreilles. « mais si je veux réussir mon expérience il faut que les sens de l'autre cobaye soient tournés vers moi. » Plus elle le regardait et plus elle voyait Tristan, et plus elle voyait Tristan plus elle avait envie de lui sauter dessus. « tu parles jamais de toi, t'as pas envie de parler de toi, mais moi je veux savoir plus de choses sur toi, oublies pas que tu fais partie de mon expérience, et j'aimerais savoir quel genre de cobaye j'utilise voir si il est propre à la consommation. » Nous venons de perdre notre petite chérie de seize ans pour passer à la garce du même âge. Tristan avait le pouvoir absolu sur Lou, et Louison le sosie, avait aussi le pouvoir absolu sur Lou, c'est pas de sa faute, les bonnets la font craquer.

- - - - - - - - - - - - - -

« Hey dance, nothing left for me to do but
dance off these bad times I'm going through
just dance Hey got canned heat in my heels
tonight baby. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


๑ CREDITS : Babie
๑ AVATAR : JAI STRAYA-GOD BROOKS
๑ MESSAGE : 42
๑ INSCRIPTION : 21/09/2012

๑bonne résolution๑
๑ réussite de résolution:
0/100  (0/100)
๑ mes contacts iphone:
๑ mes résolutions pour cette année:
MessageSujet: Re: In school we study, but in the toilet... well.   Dim 23 Sep - 18:46




C'est vrai que Louison n'était pas du genre terre-à-terre. C'était rare lorsque le garçon arrivait à tenir une conversation, qui est un sens, avec quelqu'un. Il n'était pas très social. Il était bien tout seul, il avait beaucoup trop de choses à penser. Et surtout il ne voulait mêler personne à ses problèmes. Alors, depuis qu'il était arrivé à L.A, il avait fait le muet, ne parlant que lorsque c'était vitale. Et pourtant ce genre qu'il s'était donné, la manière dont il agissait depuis qu'il avait déménagé ne lui ressemblait pas. Il ressemblait plus à son frère. Et bizarrement il avait l'impression d'attirer toutes les filles. Et pas de la même manière qu'avant, elle était toutes là à le draguer comme s'il était un dieu, comme s'il avait un corps de rêve, comme s'il était un mannequin sortit d'un défilé de mode. Comme s'il n'était plus Louison, mais quelqu'un d'autre. Et malgré tout ce qu'il avait pu penser avant d'arriver ici, cela ne lui plaisait qu'à moitié. Pour une fois dans sa vie il rêvait d'être seul avec lui-même et c'était l'effet inverse qui se produisait. Et il avait beau mettre ses écouteurs, signe qu'il n'était pas du tout disponible pour une conversation, tout le monde venait quand même lui parlait. A croire qu'il ne connaissait pas le pouvoir de la musique. Il avait toujours ses écouteurs enfoncé dans ses oreilles et pourtant la petite blonde continuait à lui parlait. « qui à parlé d'expérience ? je réfléchissais à voix haute. » Il ne comprenait vraiment rien à ce qu'elle racontait. Alors, il haussa les épaules et ne dit rien. Il n'avait pas forcément envie de continuer la conversation. Surtout pas après ce qu'il venait d'écouter. Et même s'il avait tout fait pour paraître normale, la chanson de Lawson l'avait trahi. Et il le ressentit lorsque son coeur s'emballa. Il se demanda si ça se voyait, si à travers son tee-shirt on voyait sa poitrine se soulevait, si elle voyait ses points se serraient tout comme sa mâchoire. Il abrégea donc ses souffrances en changeant de musique. Puis la jeune fille reprit : « l'expérience veut que je me permettre de m'ouvrir à d'autre avant de me fermer pour une seule personne. » Il ne comprenait toujours pas où elle voulait en venir. Si auparavant il était une bête dans la compréhension de la gentes féminine, ce matin-là il ne comprenait pas un mot de ce qu'elle racontait. Alors, il continua de hocher la tête en souriant, peut-être qu'elle s'en irait. Raté, malheureusement pour Lou la jeune fille lui enleva ses écouteurs. Il eut envie de crier, mais il ne fit rien, restant muet. Maintenant il allait devoir réellement écouter et surtout essayer de comprendre le charabia de Lou. « mais si je veux réussir mon expérience il faut que les sens de l'autre cobaye soient tournés vers moi. tu parles jamais de toi, t'as pas envie de parler de toi, mais moi je veux savoir plus de choses sur toi, oublies pas que tu fais partie de mon expérience, et j'aimerais savoir quel genre de cobaye j'utilise voir si il est propre à la consommation. » Le garçon fronça les sourcils. Pourquoi voulait-elle tout à coup connaître toute sa vie. Pourquoi elle voulait la connaître maintenant ? Personne à Montréal n'était venu lui demander une chose pareille. Et cela le désempara.

« Tu veux savoir quoi ? Que j'ai presque tué mon meilleur ami ? Que mon frère m'a volé la fille que j'aime ? Que les filles ne voient rien d'autre en moi que le meilleur ami ? Que tout le monde dans mon ancien lycée pensait que j'étais gay ? Alors, si tu penses que je fais toujours un bon cobaye c'est ton choix. Mais sache que je t'aurais prévenu. »

Le garçon marqua une pause, quelques secondes pendant lesquels il se posa quelques questions. Comment elle avait interprété cette cascade de mots ? Il espérait qu'elle ne l'avait pas mal pris. Il n'avait pas voulu être méchant, elle avait l'air gentille au final, malgré toutes ces questions. Alors, il voulut se rattraper.

« Désolé.. » commença-t-il en regardant quelques secondes le sol. « Je me suis emporté. Je m'appelle Louison Blackburn et mon deuxième prénom est un prénom de fille. Et si tu acceptes un gars qui a un deuxième prénom de fille, je veux bien être ton cobaye. Après tout je n'ai rien à perdre.. Il est où ton labo ? »

Il se surprit lui-même, c'était surement la première fois de toute sa vie qu'il proposait quelque chose comme cela. Parce qu'évidemment il se doutait qu'ils n'allaient pas compter le nombre de poil qu'une souris à sur le dos, quoi que...


J. Louison Balckburn Ft. Lou Boileau
BabiexS



Dernière édition par J. Louison Blackburn le Lun 24 Sep - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Les adolescents américains sont atteints d’un important cas de fièvre Twilight ❞

๑ CREDITS : (avatar) @ riddle + (signature) @ tumblr
๑ HUMEUR : Joyeuse
๑ AVATAR : Elle Fanning
๑ MESSAGE : 420
๑ INSCRIPTION : 31/08/2011

๑bonne résolution๑
๑ réussite de résolution:
2/100  (2/100)
๑ mes contacts iphone:
๑ mes résolutions pour cette année:
MessageSujet: Re: In school we study, but in the toilet... well.   Dim 23 Sep - 19:17

Citation :

« Il est le stéréotype parfait de l’adolescent, paumé, mal dans sa peau, j’aimerais pouvoir lui dire que ça va s’arranger mais je ne veux pas lui mentir. »

Elle l'ennuyait, pire que cela elle était entrain de l'emmerder profondément, et elle l'avait bien remarqué, mais le soucis avec notre petit Lou c'est qu'elle adorait emmerder les gens, elle adorait être la quand il ne fallait pas, elle adorait être la et casser les plans des gens, surtout quand ceux ci se mettait dans une position très inconfortable. C'était son dada, et en plus elle avait eu le temps de s'entrainer. Casser les rendez vous amoureux de sa mère, casser les rendez vous amoureux de Richard le voisin, casser les rendez vous amoureux de Tristan le chevalier vraiment trop trop charmant et casser les plan amoureux de Mina, la meilleure amie de tous les temps, celle qui est la vingt quatre heures sur vingt quatre sept jours sur sept. Il lui avait lâché une énorme masse de sa vie, ce qui ne l'étonna pas, ce qui l'étonna plus ce fut le fut que cela à été ce que l'on peut dire plus rapide que la lumière, il ne fallut que deux petites minutes à la jeune fille pour pouvoir avoir une réponse à toutes ces questions, maintenant elle en savait plus que n'importe qui et elle le savait. Elle n'était pas du genre à aller le répéter à tous les monde, non, elle était du genre à le savoir sans plus, elle l'avait dans sa tête et cela ressortirais quand cela ressortirait, avec lui et seulement lui évidement, et avec Mina, parce que Mina c'est une partie de Lou, et tout ce que Lou sait Mina le sait, aucun secret entre les deux. C'était comme cela. Malgré tout ce qu'il dit rien ne lui fit peur, en fait c'était le stéréotype du mec qui ne parlait pas. Il s'en voulait pour un truc, il s'était fait brisé le cœur et malheureusement pour lui, il s'entendait trop bien avec les filles ce qui lui entrainait les vagues de jalousie de tous les autres garçons. Elle haussa un sourcil lorsqu'il eu fini toute sa tirade « t'es entrain de me dire que t'es un adolescent? Parce que ce que tu viens de me dire c'est exactement la définition de ce que l'on est pour le moment.. »

toute cette émotion d'un coup c'était assez gênant d'un côté, elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise, mais casser les plans et mettre les gens mal à l'aise c'était ce qu'elle savait faire de mieux, sans vraiment le vouloir quelque fois. Mais encore une fois, c'est le bonnet qui prenait le dessus. Elle avait le regard fixé sur son bonnet, elle était entrain de faire une fixation dessus. En fait elle faisait complètement abstraction de ce qui se passait en dessous du bonnet, elle mettait le visage de Tristan sur le corps de Louison. C'était assez mal et elle secoua sa tête. En réalité ce Louison était vraiment plus abordable que Tristan, c'est vrai il était simple à première vue mais compliqué dans le fond, et Louison lui il était compliqué, mais il avait juste besoin de quelqu'un avec qui s'ouvrir. En fait elle en savait plus qu'elle ne le pensait sur lui, elle savait pour son prénom de fille et elle savait qu'il faisait une sale tête à chaque fois qu'un professeur l’appelait par ce prénom féminin. Elle se mit à rire quand il eu fini. Elle était entrain de penser qu'il y avait a peine une demi heure d'ici elle était entrain de chanter et de danser sur du Taio Cruz alors qu'elle préférait nettement écouter du Steve Aoki ou encore du Daft punk et que maintenant elle faisait carrément du rentre dedans à un mec qu'elle connaissait à peine. Elle aurait pu d'un point de vue extérieur se faire passer pour une "biatch" comme pourrait le penser et dire comme certain adolescent aime dire. Mais c'était plutôt quelque chose de marrant, elle était fonceuse et n'aimait pas ne pas avoir ce qu'elle voulait et la ce qu'elle voulait c'était évacuer le stress Tristan. « Je sais qui tu es Louison et je crois que en fin de compte t'es pas un cobaye et que t'as pas envie de l'être. C'est vrai, ton frère ta volé la fille que t'aimais et certaine personne te prenne pour un gay. En plus t'as pas la tête de quelqu'un qui prends les décisions, et moi je fais cela parce que j'ai envie d'évacuer le stress d'un certain garçon qui porte des bonnets aussi bien que toi. Donc je sais pas trop. A toi de voir ou t'as envie que mon Labo soit. . » Who's bad?

- - - - - - - - - - - - - -

« Hey dance, nothing left for me to do but
dance off these bad times I'm going through
just dance Hey got canned heat in my heels
tonight baby. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


๑ CREDITS : Babie
๑ AVATAR : JAI STRAYA-GOD BROOKS
๑ MESSAGE : 42
๑ INSCRIPTION : 21/09/2012

๑bonne résolution๑
๑ réussite de résolution:
0/100  (0/100)
๑ mes contacts iphone:
๑ mes résolutions pour cette année:
MessageSujet: Re: In school we study, but in the toilet... well.   Lun 24 Sep - 12:43




C'était sûrement comme cela qu'il se voyait, un simple adolescent qui fait des conneries, plus ou moins graves. Mais après tout, tout ce qu'il avait fait pendant son passer le définissait maintenant. Tout ce qu'il avait vécu faisait de lui ce qu'il était maintenant. Alors, Lou n'avait pas tort lorsqu'elle dit : « t'es entrain de me dire que t'es un adolescent? Parce que ce que tu viens de me dire c'est exactement la définition de ce que l'on est pour le moment.. » Mais s'il n'avait pas essayé de s'intégrer dans sa nouvelle école c'était à cause de cela. Il ne voulait pas avoir l'air du petit nouveau qui se plaint à la moindre occasion. Et puis même à Pittsburg il ne se plaignait pas. Il écoutait les problèmes de ses amies sans broncher, en donnant quelques conseils par-ci par là. Il hocha la tête.

« C'est pour ça que je ne parle pas de moi, si je commence à en parler les gens découvrent que je suis juste normal. Alors que si je reste muet ils peuvent s'imaginer tout et n'importe quoi sur moi, même que je suis un super-zéros la nuit. »

Il ne put s'empêcher de rire à sa bêtise.

Louison n'avait pas vraiment attendu une réponse de sa camarade, il savait qu'il allait se passer quelque chose, tout n'était qu'une question de temps. Et grâce à toute l'attention qu'il avait réussi à avoir depuis son arrivée, par on ne sait quel moyen, il avait gagné en confiance en lui. C'était bizarre et tout nouveau pour lui, pourtant il était prêt à n'importe quelle folie. Alors, lorsqu'il avait demandé où était le labo secret de la jeune fille devant lui il savait déjà qu'ils n'allaient pas rester bien longtemps dans ce couloir. Même s'il y faisait assez sombre pour ne pas être reconnu, le garçon ne voulait pas rester planté dans ce couloir pour le restant de sa vie. Pourtant, il n'avait pas anticipé la réponse de la jeune fille : « Je sais qui tu es Louison et je crois que en fin de compte t'es pas un cobaye et que t'as pas envie de l'être. C'est vrai, ton frère ta volé la fille que t'aimais et certaine personne te prenne pour un gay. En plus t'as pas la tête de quelqu'un qui prends les décisions, et moi je fais cela parce que j'ai envie d'évacuer le stress d'un certain garçon qui porte des bonnets aussi bien que toi. Donc je sais pas trop. A toi de voir ou t'as envie que mon Labo soit. . » Tout à coup elle avait l'air de changer totalement d'idée, comme si tout à coup elle ne trouvait plus Louison à son goût. Comme si t'avoir répété les malheurs de Louison et surtout d'avoir avoué l'amour qu'elle portait au garçon qui portait des bonnets lui avait fait réaliser quelque chose. Il ne savait pas trop comment réagir. Alors, instinctivement il enleva le bonnet bleu, rouge et blanc à rayure qu'il avait sur la tête et l'enfonça sur celle de Lou, avant de lui faire un large sourire satisfait. Ce sourire était sincère, elle était toute mignonne avec son bonnet sur la tête. Ses cheveux d'or ressortaient parfaitement du bonnet.

« Non je ne suis pas une cobaye, et je ne sais pas prendre de décision. Je suis qu'un pauvre suiveur, un mouton si tu préfères. Pourtant, c'est mon frère qui a les cheveux légèrement bouclé... Alors, je cache mes cheveux lisses sous de magnifique bonnets qui me rendent incroyablement sexy. »

Il se mit à rire doucement de sa bêtise, il n'y croyait pas vraiment. Il portait des bonnets pour passer inaperçue, sûrement pas pour avoir l'air sexy.

« Mais je veux bien te laisser mon bonnet, comme ça tu seras toi aussi super sexy. Et si ça se trouve ton prince charmant sera jaloux que tu portes le bonnet d'un autre garçon. »

Il était content de pouvoir aider Lou et, même s'il n'était pas sûr du tout, que le fait de porter son bonnet aller l'aider en quelques manières que ce soit. Mais qui ne tente rien n'a rien.
Et après quelques minutes de réflexion, Louison se dit qu'il était peut-être temps pour lui de prendre des décisions. Il attrapa la main de Lou et commença à avancer dans le couloir, évitant les élèves qui marchaient à contresens. Il ne savait pas du tout où il allait, mais ce n'était pas grave. Il s'en fichait bien, parce que ça ne pouvait pas être pire que d'être assis pendant toute la matinée à écouter un prof débitait un cours que personne n'écoute.


J. Louison Balckburn Ft. Lou Boileau
BabiexS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Les adolescents américains sont atteints d’un important cas de fièvre Twilight ❞

๑ CREDITS : (avatar) @ riddle + (signature) @ tumblr
๑ HUMEUR : Joyeuse
๑ AVATAR : Elle Fanning
๑ MESSAGE : 420
๑ INSCRIPTION : 31/08/2011

๑bonne résolution๑
๑ réussite de résolution:
2/100  (2/100)
๑ mes contacts iphone:
๑ mes résolutions pour cette année:
MessageSujet: Re: In school we study, but in the toilet... well.   Lun 24 Sep - 18:20

Citation :

« Il est le stéréotype parfait de l’adolescent, paumé, mal dans sa peau, j’aimerais pouvoir lui dire que ça va s’arranger mais je ne veux pas lui mentir. »

Elle sourit après ce qu'il dit. C'est vrai en fait, il n'était pas du genre à parler des masses, ce qui était dommage parce que Lou était certaine qu'il avait des tonnes de choses intéressante à dire et à raconter, déjà expliquer ou il habitait avant parce que faut dire que Lou, bouger c'est pas trop son truc ni le truc à sa mère. Elle avait déjà bougé dans la campagne campagne au Québec pour voir sa grand-mère, Mamy. Et quand on est chez mamy faut se l'avouer et dire les choses comme elles sont il n'y a pas grand chose à faire, mise à part compter les pissenlits, regarder les vaches, imaginer la forme des nuages. On peut aussi s'assoir dans l'ancienne chambre d'adolescente de sa maman et regarder les poster des groupes des années soixante que sa mère étaient fan. Sinon avec mamy o mange des repas étrange, des pieds de cochons, du ragouts de chevreau aux petits oignons, et même des œils de poissons marinés à la sauce bien de chez elle, bref quand on va chez mamy c'est pas l'éclate. Mais on va éviter de s'étaler, le sujet c'est le petit Louison. Le petit Louison qui n'avait pas confiance en lui et à ce que Lou, la jeune fille cette fois-ci - faut dire que cette histoire de Lou ça devient vraiment compliqué la - c'était à cause de son frère. Et elle avait l'image du frère de Louison en tête, d'un côté ils sont jumeaux vous allez me dire. Mais c'était le genre de type qui souriait aux filles qui avait un jean serrant et un tee shirt qui mettait leur poitrine en avant ( pourtant à seize ans on a pas de poitrine mais certaine filles qui ont un secret arrive à avoir des seins tellement énorme qu'elles ne voient plus leurs pieds, sisi juré !) et à faire des petits sourires en coins de bouche genre comme si il était un star de cinéma. Comment elle l'avait vu, il trainait de temps à autres avec Tristan. Tu m'étonnes en surface ils étaient les mêmes, même si Tristan en profondeur est quelqu'un de réellement simple et fragile. Il faisait partie de ces gens qu'elle n'aimait pas et qu'elle ne voulait pas connaitre, peut-être que cela n'était pas vrai, c'est le genre de personne à qui tu ne dois pas montrer ce que tu ressens, avec qui tu dois porter un masque. C’est le visage que tu montres quand tu ne veux pas que les gens sachent ce que tu ressens. Toutes les femmes bien éduquées cache leurs émotions. C’est très utile. Particulièrement avec les hommes. Si un homme sait ce que tu penses ça lui donne du pouvoir sur toi. Par exemple si un homme sait à quel point tu l’aimes, il ne fera pas d’efforts, il te fera souffrir, égoïstement, cruellement, constamment.

« On est tous des moutons. Et puis de toute façon un bonnet avec les cheveux bouclés, c'est vraiment pas beau. . » C’est instinctif, nous recherchons l’approbation. Mais il faut vous assurer que vos convictions sortent de ce qu’il y a de plus personnel en vous, même si les moutons bêlent et se choquent, même si on vous dit que vous faites fausse route, que c’est mal. C’est Frost qui a dit : « Dans la forêt, le chemin se sépare en deux, et là, je choisis toujours le moins fréquenté, et chaque fois je constate la différence. » Puis d'un seul coup elle se retrouva avec un bonnet bien trop grand sur sa tête qui lui arrivait aux yeux. Mais il avait raison, c'est vrai que si Tristan voyait la tête de Lou orné d'un bonnet autre que celui que Tristan aurait pu lui donner des aigreurs d'estomac. « surtout si le garçon qui lui à prêter porte à son bras la fille qui est censé aimé son prince charmant, et seulement lui... J'ai rien compris à ce que j'ai raconté.. » elle se mit à rire puis se retrouva entrainée par un force puissante vers le fond du couloir. Je crois que aujourd'hui Lou va avoir des choses plus intéressantes à faire que à aller en cours. Mais il prenait une décision, et elle adorait cela.

- - - - - - - - - - - - - -

« Hey dance, nothing left for me to do but
dance off these bad times I'm going through
just dance Hey got canned heat in my heels
tonight baby. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


๑ CREDITS : Babie
๑ AVATAR : JAI STRAYA-GOD BROOKS
๑ MESSAGE : 42
๑ INSCRIPTION : 21/09/2012

๑bonne résolution๑
๑ réussite de résolution:
0/100  (0/100)
๑ mes contacts iphone:
๑ mes résolutions pour cette année:
MessageSujet: Re: In school we study, but in the toilet... well.   Mer 26 Sep - 15:02




Le garçon écouta la jeune fille, effectivement ils étaient tous des moutons, de simples moutons qui se contente de simplement suivre le mouvement sans se poser aucune question. Après tout ils étaient tous là pour la même raison, ils étaient des centaines dans ce lycée seulement parce que la société leur a dit un jour '' Vous devez aller à l'école afin d'avoir un diplôme et trouver un travail et, éventuellement, pouvoir être heureux'' Mais peut-être que ce n'était pas ça la vraie vie. Peut-être que tout n'était qu'un tissu de mensonge et qu'en réalité pour être heureux il ne fallait pas suivre bêtement ce qu'une personne vous dit. Et pourtant Louison était enfermé huit heures par jour dans des salles trop petites où il fait toujours trop chaud ou trop froid. Alors qu'il pourrait être heureux en dehors de ces murs. Il pourrait simplement mener sa vie comme il le chante. Mais finalement ce n'était pas si mal l'école. On apprend des trucs super cool qui ne nous resserviront sûrement plus jamais de notre vie comme la formule ax+b, mais surtout, la chose la plus importe au lycée, quelques fois, si on a beaucoup de chance, on tombe sur des gens vraiment cool. Ces personnes-là on les gardera pour le reste de notre vie dans notre coeur, parce que finalement elle représente plus pour nous que de simples camarades de classe, plus que de simple pote avec qui on partage le plateau de la cantine, non ces personnes-là on ne veut surtout pas envisager une seule seconde de les perdre. Et pourtant après le lycée vient l'université et la plupart du temps les gens se perdent de vue.

Louison ne ressentait pas forcément cela pour Lou, ou n'importe quelle personne à Montréal, après tout il n'était pas là depuis longtemps. Et il n'était pas le genre de garçon à tomber amoureux, amicalement, de quelqu'un. C'était rare qu'il devienne réellement ami avec quelqu'un au point de ne plus jamais vouloir le quitter. Mais secrètement il espérait que cela arriverait ici. Mais surtout que cette personne il ne la perdrait pas, encore une fois. L'amitié il avait donné et il en avait gardé un mauvais souvenir. Il n'essayait plus de s'attacher aux gens, il avait été déçu. Et lorsque l'on est déçu de quelque chose on fait tout pour ne plus refaire la même erreur, mais c'est sûrement ça le plus dur, ne plus faire d'erreur. Alors que l'être humain est programmé à faire des erreurs, on en fait tous à longueur de journée. On se trompe de chemin, on se perd, on s'engueule, des tas de choses négatives nous arrivent chaque jour, et on survit. Mais quelquefois c'est beaucoup trop dur.

Louison n'avait pas bien compris ce que venait de dire Lou, il pensait avoir compris une partie, un bout de la pensée que la jeune fille essayait de faire passer à travers cette phrase. « surtout si le garçon qui lui à prêter porte à son bras la fille qui est censé aimer son prince charmant, et seulement lui... J'ai rien compris à ce que j'ai raconté.. » Il n'était pas sur à cent pour cent de lui, alors il préféra laisser mûrir l'idée un petit moment avant de lui répondre. Et puis si ça se trouve elle n'attendait aucune réponse de sa part. Si ça se trouve ce n'était qu'une phrase balançait dans le vent comme ça, sans que l'on attende une réponse. Comme un cailloux que l'on lance dans l'eau, on n'attend jamais qu'il revienne, comme par magie, dans notre main. Et bien là c'était pareil.

Le garçon avait pris la main de la jeune fille instinctivement, un peu comme lorsqu'il avait enfoncé son bonnet sur la petite tête blonde. Il marchait rapidement à contresens, pour une fois il n'était pas un mouton qui suivait le mouvement sans se poser de question. Maintenant il prenait les décisions, c'était lui qui menait la danse, et personne d'autre. C'était bizarre, perturbant, mais au fond de lui il appréciait. Même s'il n'avait aucune idée d'où il allait, il avait simplement l'étrange sensation de savoir où il allait. Comme si ces pieds savaient à l'avance où aller, dans quelle direction. Mais ce n'était pas déplaisant. Une fois au bout du couloir, ils descendirent les escaliers, là aussi ils étaient à contresens. Tout le monde montait en cours afin de passer deux bonnes heures assis, alors que Louison et sa nouvelle amie descendait pour vivre, parce que personne ne vit réellement ici. Personne ne veut vivre ici, à par peut-être les professeurs qui sont ici par choix et non par obligation. Ils arrivèrent ensuite sur un autre couloir, qu'ils traversèrent avant de se retrouver devant un dilemme, Sortirent par la porte et prendre un peu l'air dans la cour de récréation maintenant vide, ou continuer à avancer et faire le tour du lycée comme s'ils étaient des touristes chinois et que le lycée n'était qu'un vieux musée.

« Tu as une idée de l'endroit où on pourrait se poser ? » demanda le garçon après s'être arrêté et retourné face à Lou. « Parce que je ne connais pas le lycée par coeur, et encore moins les petits coins tranquille où l'on peut être... tranquille justement. »

J. Louison Balckburn Ft. Lou Boileau
BabiexS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: In school we study, but in the toilet... well.   

Revenir en haut Aller en bas
 

In school we study, but in the toilet... well.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» St. Jean Bosco School will triple number of students & get clean water
» Symbol School - Partenariat
» 01.02/06.L.Old School. Quand Roxie n'est pas là, la souris danse
» 01.02/01.L.Old School - Conseil de guerre
» After School Midnighters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD RESOLUTION ๑ And Karma is a BITCH. :: LES ARRONDISSEMENTS ▬ BOROUGHS :: AUTRES ENDROITS :: COLLEGE NOTRE DAME DU SACRE COEUR-